fbpx

Le regard du dessinateur Luc Turlan

Vous êtes arrivé tardivement dans la Vienne. Comment s’est passée votre arrivée ?

Je suis arrivé à 40 ans suite à ma rencontre avec une « viennoiserie ». À l’époque, j’étais enseignant ; j’ai été adopté dès le premier jour par mes collègues ! Puis j’ai rencontré l’écrivaine Régine Deforges à Montmorillon, qui m’a écrit deux livres que j’ai illustrés. Je suis allé voir aussi Geste Éditions qui ne faisait pas encore de livres jeunesse.

Après deux couvertures, on a réalisé le premier Peluchon, dont le héros est un baudet du Poitou, puis un second, avec une chèvre du Poitou, puis un troisième avec un cochon qui fait un broyé du Poitou. Le 29e va sortir en avril, et le 30e à la fin de l’année. Depuis 15 ans, cette collection m’a permis de me balader dans tout le département.

Parlez-nous de « votre » Chauvigny ?

J’habite dans une maison en vieilles pierres dans la cité médiévale si magnifique. Avec ma compagne, on y a installé un atelier d’artistes, « Le Petit Choucas ». J’aime les rues quand la nuit tombe avec les petits escaliers éclairés à la lumière jaune. Avec la brume hivernale, tu as l’impression d’être dans un décor de cinéma.

Quels sont vos sites préférés du département ?

J’adore l’extraordinaire fosse de plongée du centre aquatique de Civaux, la grande serre de Planète des Crocodiles, qui va devenir Terre de Dragons avec plein de nouvelles choses à voir. À La Vallée des Singes, je suis un vrai gamin !

C’est vraiment un département agréable. Partout où tu vas, tu lèves la tête et tu vois un château ou des rues médiévales. Comme à Morthemer, ou encore le château de princesse de Dissay. Et puis La Roche-Posay, où tu peux aller te faire dorloter…

Quand vous recevez de la famille et des amis, où les amenez-vous ?

Après Chauvigny, on va à Montmorillon dont la cité est si belle avec la descente de l’étonnante rue Montebello. On fait la même photo que tout le monde sur le pont de la Gartempe, avec la perspective sur cette fameuse église qui grimpe en hauteur.

Et la foire des Hérolles, c’est unique ! Puis on va au restaurant-église des Archives à Poitiers, où tu vas absolument aux toilettes pour avoir la vue d’en haut. Ou Chez Cul de Paille, le seul restaurant ou tu lis les murs… des mots de chanteurs et comédiens venus jouer à Poitiers.

Côté gastronomie, quels sont vos produits locaux préférés ?

Quand je suis arrivé, on m’a fait un broyé. J’ai dit : mais c’est quoi ce truc à mourir de plaisir ? Puis j’aime les fromages de chèvre, le farci poitevin que je fais découvrir à tous les gens qui viennent. Je ne suis pas un vrai spécialiste, mais il y a des bons vins et de bonnes bières aussi. Et les macarons, une spécialité géniale pour les gens qui sont au régime sans gluten !

Est-ce que cet environnement vous inspire pour vos livres ?

Je dessine les choses qui existent autour de moi : des maisons à colombages, des rues étroites, Notre-Dame, même le Futuroscope, qui est aussi un patrimoine local. Ou encore un marabout des Géants du Ciel de Chauvigny, mais auquel je mets des pantoufles. Pourquoi aller ailleurs alors qu’il y a tant de choses superbes ici. Il faudrait que je fasse un livre par mois tellement il y a de lieux que j’aimerais raconter.

L’atelier d’artistes du Petit Choucas est à retrouver sur Facebook.

Vous pouvez retrouver des albums de Luc Turlan à la Maison du tourisme et du terroir de Poitiers (33 place Charles de Gaulle).

Dessin Luc Turlan

Votre dose d’inspiration

Recevez chaque mois dans votre boîte mail nos articles inspirants et suggestions de sorties, toujours dans la bonne humeur !


Confirmez que vous souhaitez recevoir nos newsletters*

Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien en bas de page de nos e-mails.